Webcam nid de choucas 2013 à 2019

Le 3 mai 2013, la femelle a pondu quatre œufs qu'elle a ensuite couvés. Trois jeunes ont éclos le 24 mai. Mais quelques jours plus tard, le nid était vide.
Nous émettons l'hypothèse que les corbeaux ont pillé le nid. Nous avons souhaité une deuxième couvée, mais cela n'a pas été le cas. Généralement, les deuxièmes pontes ont moins de succès que les premières couvées de l’année.

En 2014, la femelle a pondu précocement et le 24 avril cinq oeufs étaient observés dans le nid. Le 9 mai, quatre jeunes éclosaient.
Dès le 10 juin, il y avait beaucoup d'effervescence dans le nid. Les jeunes choucas étaient devenus forts et vifs, s'affairant dans le nid et étirant leurs ailes. Il était clair qu'ils quitteraient leur nid dans les prochains jours ! Nous nous sommes demandé : sera-ce aussi le cas pour le dernier-né de la nichée ?
Puis, au début de la troisième semaine de juin, les jeunes choucas se sont envolés.
Pendant environ cinq semaines, ils dépendent encore des oiseaux adultes. Ensuite, ils doivent trouver leur nourriture eux-mêmes. Ils s'associent à d'autres jeunes oiseaux pour constituer de grands groupes.
 l'age d'environ un an, les jeunes choucas choisissent leurs partenaires ; la couvée ne verra normalement le jour qu'un an plus tard. Les choucas ont donc un "temps de fiançailles" de toute une année ! Cependant, la recherche d'un site de nidification commence déjà vers la fin de l'hiver.
Au printemps 2014, les ornithologues ont compté 64 individus, 26 couples, dont certainement 19 couples reproducteurs, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2013 !

Dans le mois d'avril 2015, on a pu observer les choucas préparer leur nid pour la couvée. Le 22 avril six oeufs étaient observés dans le nid, et le 13 mai, quatre jeunes choucas éclosaient. Le plus petit des quatres a bien du s'imposer face à ses frères et soeurs, et il a réussi ! Un mois plus tard, pendant une matinée bien chaude et ensoleillée, nos quatre jeunes choucas ont déployé leurs ailes et se sont envolés vers le parc et vers une existence dans leur colonie à Landshut.

En 2016, en avril déjà, on a observé un couple de choucas dans le nichoir la webcam est installé. Dans leur nid bien préparé, le 21 avril, on a pu voir le premier oeuf. La femelle a pondu encore trois oeufs, mais seulement un jeune choucas a éclosé, le 17 mai. Bien nourri et entouré de soins de ses parents, il a vite grandi. Trois semaines plus tard, le poussin a commencé à étendre ses ailes et le 15 juin il était parti du nid avec ses parents à découvrir le monde autour du château de Landshut.

L'année 2017, en avril, aussi, un couple de choucas a préparé le nid dans le nichoir webcam. Le 24 avril 2017, quatre oeufs ont été visibles. Encore un oeuf a suivi, et tous les jeunes choucas ont éclosé autour mi-mai. Nourri par leur parents, les quatre oisillons ont bien grandi, le plus petit - même s'il s'était bien défendu - n' a pas survécu. Le matin du 14 juin, les quatre jeunes choucas sont partis de leur nid dans la tour du château pour joindre leurs congénères dans la colonie.
En 2018, les ornithologues ont compté 72 individus, dont 29 couples, une légère diminuation comparé à 2017 avec 75 individus, dont 30 couples.

Au début du mois d’avril 2019, la webcam était déjà en mesure d’observer comment les choucas étaient entrés dans le nichoir vide et, par le temps ensoleillé et assez chaud de la mi-avril, la construction du nid battait son plein. À peine 14 jours plus tard, la femelle a commencé à couver, a dormi, s'est réveillée et a couvé et couvé ... et ne s'est pas laissé voir dans le nid ! Le mâle allait et venait, alors que la femelle était tranquillement installée sur ses œufs. Nous n’avons donc pas pu déterminer exactement le nombre d’œufs : habituellement deux ou trois.
Un jeune, récemment éclos, est devenu visible le 22 mai, alors qu’il n’y avait pas d’autres œufs dans le nid. Bien logé et nourri par les oiseaux adultes et en tant qu’« enfant unique », le jeune choucas a grandi rapidement et secrètement. Comme lorsqu’elle couvait, sa mère a gardé l'oisillon hors du nid dans le noir jusqu’au jour de son envol ! Le mercredi 19 juin, le nid du choucas des tours était vide. Le jeune oiseau jouait avec ses pairs et les oiseaux adultes dans les platanes de la cour du château.

De juillet à octobre, le nichoir a été visité à plusieurs reprises par un ou deux choucas. Le séjour n’a cependant jamais duré longtemps.

Webcam nid de choucas 2012

Bild gemalt von Ardiana, www.kidswest.ch

Dès la fin du mois de mai, nous avons pu constater via notre webcam que le nichoir situé dans le donjon du château était occupé par un couple de choucas. Nous avons pu observer, avec plaisir et de près, les phases de nidification et de couvaison. Les choucas ont d’abord apporté des brindilles de l’épaisseur d’un doigt pour former le nid qu’ils ont fait et refait à plusieurs reprises. À la fin du mois d’avril, le temps de la pondaison venu, notre couple de choucas n'avait toujours pas pondu un seul œuf. Pendant tout le mois d’avril, les deux choucas ont certes occupé le nid, mais fin avril, seul le plus petit des deux oiseaux séjournait encore dans le nid, le plus gros, probablement le mâle, n’étant que rarement là.

À la mi-mai, la gardienne du château nous a informés qu’un œuf se trouvait dans le nid et que la femelle couvait. Normalement, les femelles qui couvent sont nourries par leur partenaire, fait que nous n’avons malheureusement pas observé chez nos choucas. Notre femelle serait-elle une «single mom»? S’agissait-il d’une femelle trop jeune ou trop faible pour couver plusieurs œufs?

Le 6 juin, la femelle du couple de choucas nous a une nouvelle fois surpris, nous présentant un oisillon tout juste sorti de l’œuf! Même le mâle était de retour pour nourrir sa femelle et sa progéniture. Le 8 juin, un revirement dramatique est survenu. La gardienne du château nous a informés que le nid était vide et que la femelle cherchait son petit. L’oisillon âgé de quelques jours seulement est retrouvé au pied de l’arbre, malheureusement sans vie. Comme suite à cela, le nid est resté vide, le couple de choucas ne faisant que quelques rares apparitions dans le nid.

Selon les indications de la Station ornithologique de Sempach, le printemps 2012 a été marqué, pour de nombreuses races d’oiseaux, par des retardements ou interruptions de couvaison, voire des pertes totales de la couvée. L’une des raisons à cela a été le temps froid et humide du mois d'avril. En effet, pendant la période nidicole, les glandes sexuelles régressent rapidement, empêchant ainsi la production des œufs. Cela est peut-être la raison pour laquelle notre femelle n’a pondu qu’un seul œuf. Chez les corvidés, les pontes de remplacement et les deuxièmes pontes sont très rares. Les choucas qui couvent tard ont en règle générale moins de succès. Plus les oiseaux possèdent de l’expérience dans la construction du nid, la couvaison et l’alimentation des petits, plus les chances de voir les oisillons quitter le nid sont grandes.

En 2011, la couvée dans le nid surveillé par webcam avait été couronnée de succès. Le 21 avril 2011, la femelle pondait cinq œufs, suivi par un sixième le 22 avril 2011. Les six oisillons sont nés entre le 11 et le 13 juin. Trois des six choucas ont quitté le nid le 17 juin en s’envolant de leurs propres ailes.

Webcam nid de choucas 2011

Rendre visite aux choucas des tours du château de Landshut

Les choucas des tours apprécient les vieilles murailles avec des grottes où ils peuvent couver. C’est ainsi que 50 à 60 choucas des tours vivent à Landshut, le château entouré de douves à Utzenstorf.  

Le choucas est la plus petite espèce locale de corvidé et figure comme « vulnérable » sur la Liste rouge. La Station ornithologique de Sempach estime à 1100 - 1200 le nombre de couples nicheurs en Suisse. L’adaptation du choucas des tours à la civilisation est typique : environ 60 pour cent des choucas couvent  aujourd'hui dans des cavités de bâtiments.

À la fin des années 1980, la population de Landshut était à peu près la même qu’aujourd'hui ; mais, pendant les années suivantes, elle est tombée jusqu'à huit couples (1995). Pendant les dix dernières années, la population a fluctué entre 11 couples (2002) et 20 couples l'an dernier (source: Station ornithologique de Sempach).

Les choucas de Landshut couvent dans les nichoirs de la tour du château et à la Station pour la faune sauvage. Mais ils font aussi leurs nids dans des cavités naturelles comme, par exemple, dans les arbres du parc du château. L'an dernier, on a dénombré 34 jeunes dans les nichoirs, et environ le même nombre dans des grottes autour du château.

Quand les choucas font leurs nids, ils n'épargnent pas les matériaux. Un nid peut peser jusqu’à 20 kilos. À la recherche du matériel de nidification, il arrive que des choucas se perchent sur les animaux paissant alentours pour prélever des poils ou de la laine. 

Parfois, lorsque le nid est trop plein, il arrive que des oiselets en soient éjectés. Pour prévenir la propagation de maladies, des membres de la Société ornithologique d’Utzenstorf et le gardien du château nettoient régulièrement les nichoirs des choucas.

Dans l'un des nichoirs installés dans la tour du château de Landshut qui héberge le Musée suisse de la faune et de la chasse, une webcam permet de suivre le développement de la couvée d’un couple de choucas. Le début de l'incubation des œufs dépend de la chaleur printanière et de l’abondance de la nourriture. Les œufs éclosent après une période d'incubation de 15 à 18 jours et les oisillons restent pendant 30 à 35 jours dans le nid.

Traduction : Jean-Pierre Boegli